Documentation technique

Le projet

Sommaire

Terminologie

Dans le cas ci-dessus, la zone DE contient 3 versions

1. Le fil d'Ariane

Le fil d’Ariane est la partie supérieure de l’écran (dans l’encadré bleu numéroté 1). Il permet une navigation globale sur le site. Vous pouvez accédez à vos différents projet, zones ou versions en cliquant sur la section correspondante (n’oubliez pas de faire défiler l’ensemble des objets avec la molette de votre souris si vous ne voyez pas les éléments souhaités.)

2. Les données relatives au projet

Dans l’encadré rouge (numéroté 2), vous retrouvez toutes les données relatives au projet.
Ainsi sur la gauche du cadre gris, vous avez un récapitulatif des données administratives (Nom du projet, adresse, date de dernière modification et responsable du projet)
A droite, vous avez 4 boutons :
  • La roue crantée vous redirigera vers la boite de dialogue des paramètres du projet.
  • L’horloge vous permettra de définir des temps unitaires spécifiques au projet.
  • La boite d’archive, comme son nom l’indique, modifie le statut de votre projet (archivé <=> désarchivé), les projets archivés n’apparaissent pas sur la page d’accueil.
  • L’interrupteur de droite vous donne accès aux éléments cachés
 

3. Les zones

Un projet peut être scindé en plusieurs zones. Ces zones résultent de votre stratégie pour la réalisation de l’ouvrage, elles représentent un regroupement de quantités. Vous pourrez alors les exploiter pour étudier par :
  • Zones spatiales (JD, Bâtiments, ensemble de niveaux)
  • Grue (ouvrages survolés par la grue)
  • Rassemblement de plusieurs niveaux, zones …

Chaque zone a une contrainte temporelle, avec une date de démarrage et une date de fin, nous nous occupons de calculer le délai en fonction des jours ouvrés que vous avez définit dans votre calendrier d’entreprise.

D’un point de vue « méthode », les métrés opérationnels sont attribués aux zones.

Les quantités méthodologiques ou métré opérationnel, consistent à quantifier les ouvrages élémentaires suivant les modes constructifs, c’est-à-dire des ouvrages qui utilisent des ressources propres comme les ressources humaines, matérielles ou de levage.

Ces quantités sont classées :

  1. par zone d’activité,
  2. par niveau,
  3. par type de structure, (le logiciel n’en reconnait que 7 parmi les termes suivant : Fondations ; Dallage, Voiles ; Poteaux ; Planchers ; Poutres ; Divers)

4. Les versions

Une fois que vous avez définit le découpage de votre ouvrage en une ou plusieurs zones, il faut poser les hypothèses pour les établir l’étude de saturation de grue et l’estimation du budget main-d’œuvre.
 
Les différentes variables d’études sont accessibles dans les paramètres de version :
  • [concernant la grue] :
    • le nombre de grue ;
    • l’amplitude horaire quotidienne ;
    • un coefficient de non-production (si 1 grue cnp = 0 ; en cas d’interférences entre grues, mauvaise visibilité du grutier, environnement délicat, IGH, on peut augmenter ce coefficient pour majorer les temps unitaires de levage) ;
    • la capacité de la benne à béton (avec la possibilité d’utiliser une pompe à béton pour certains types de structure) ;
    • les ratios d’acier ;
  • [concernant la main-d’œuvre] :
    • le nombre jour de travail quotidien ;
    • temps de travail quotidienne ;
  • [concernant les contraintes temporelles] :
    • la part d’aléas de chantier ;
    • le nombre de jours d’intempéries ;
A chaque fois que vous souhaitez faire varier vos hypothèses, vous devez générer une nouvelle version, un nouveau scénario d’étude.
Après avoir conclu votre étude, vous retrouverez une synthèse des résultats directement sur la bulle récapitulative, avec :
  • [numéro 1] : le nom de la version
  • [numéro 2] : les résultats de la saturation de grue :
    • le nombre de grue ;
    • l’amplitude horaire quotidienne ;
    •  la saturation sur l’ensemble de la zone ;
  • [numéro 3] : les résultats du budget main-d’œuvre
    • le budget d’heures en production propre, avec le détail de la production directe et indirecte ;
    • l’effectif maximum (ici 50) ;
    • l’effectif moyen (ici 17.6) ;
    • le temps de travail quotidien ;
  • [numéro 4] les contraintes temporelles :
    • la part d’aléas de chantier ;
  • [numéro 5] : les délais résultant de l’étude
    • le délai prévisionnel du chantier (141 jours)
    • le délai imposé par le client (122 jours, réglable dans les paramètres de zone)

5. Notion de temps

A l’instar d’un planning Gantt, les différentes zones sont définies dans le temps et leur plage de réalisation est visible sur un pseudo-calendrier en bas de page.

Notion de modes constructifs

Les modes constructifs caractérisent les procédés de construction choisis pour réaliser les ouvrages élémentaires de la construction, tels que les voiles, poteaux, poutres, planchers, etc.

Chaque mode constructif consomme plus ou moins de ressources (humaines, matérielles, de levage, etc.)

Dans le logiciel en ligne, nous définirons le mode constructif suivant 2 paramètres :

  1. Le choix constructif a un impact sur la saturation de grue. Pour différencier les ouvrages il faut prendre en compte les modes opératoires et les temps unitaires de levage.
  2. La mise en œuvre influe sur le budget main-d’œuvre, on séparera les ouvrages avec des temps unitaires distincts ou des équipes différentes.

Les Zones

Actions relatives à la zone

Pour rappel, les zones représentent un regroupement de quantités, un métré opérationnel leur est associé.
 
Une zone est définie dans la marge de gauche à l’intérieur d’un segment avec 2 points en extrémité, si les 2 points ne sont pas visibles, c’est que vous pouvez déplier la zone.
Vous pourrez également :
  • accéder aux paramètres de la zone afin de définir ses contraintes temporelles
  • dupliquer la version active
  • archiver la zone

Création d'une nouvelle zone

Votre projet contient (au minimum) une zone. Lors de la création d’un nouveau projet, vous devrez obligatoirement en créer une. Si vous êtes sur la création d’une autre zone, cliquez sur le bouton dans la marge de gauche « AJOUTEZ UNE NOUVELLE ZONE ».

Vous devrez la nommer et définir les contraintes temporelles. Pour cela, fixez la date de démarrage du premier ouvrage de la zone et renseignez soit : 

  1. La date de fin si elle est connue.
  2. Le délai en mois pour déterminer la date de fin.

Une fois les données complétées, cliquez sur « Enregistrer ». Vous serez dirigé vers la page des quantités méthodologiques.

Les quantités méthodologiques

Vous arriverez sur une page similaire à celle ci-dessus, elle se décompose en 3 parties :
Vous arriverez sur une page similaire à celle ci-dessus, elle se décompose en 3 parties :
  • Les informations relatives aux niveaux [rouge]
    • [numéro 1] : la liste des niveaux ; « Toiture » est le niveau actif (fond blanc), on peut ajouter un nouveau niveau en cliquant sur le bouton « +N »
  • Ajout de nouvelles structure [bleu]
    • [numéro 2] : le nom du niveau actif
    • [numéro 3] : Type de niveau, il en existe 3 :
      • Infrastructure ; le seul qui accepte les structures « fondations » et « dallage ».
      • Transfert
      • Superstructure
    • [numéro 4] : la case à cocher « Fondation? » ou « Toiture? » vous permet d’exclure le niveau des études de saturation de grue mais pas du budget main-d’œuvre.
    • [numéro 5] : Vous avez la possibilité de dupliquer le niveau courant
    • [numéro 6] : Vous pouvez supprimer le niveau.
  • Gestion de la zone [orange]
Ensuite, vous aurez le choix de saisir le métré à la main, niveau par niveau, ou d’importer votre modèle issu d’excel.

La saisie manuelle

1 – Nommez votre niveau et déterminez s’il s’agit d’un niveau d’infrastructure, de superstructure ou bien un niveau transfert.
2 – Commencez à saisir vos données en sélectionnant les types de structure correspondants (en bas de page)
3 – Pour créer un nouveau niveau, cliquez sur le bouton avec les pointillés orange « +N »
4 – N’hésitez pas à sauvegarder votre travail régulièrement.

La saisie automatisée

Ou vous pourrez valoriser le travail effectué en amont sur Excel avec un import des données via un fichier CSV.
 

1 – Assurez-vous que votre métré opérationnel est bien constitué.

Pour rappel, le découpage des quantités sont réalisés par niveau et par ouvrages élémentaires (qui utilisent des ressources propres, soit des hommes, soit du matériel). Les quantités sont déterminées en vide pour plein (VDD), et les surfaces de planchers sont comptabilisées hors œuvre (SHO)

Vous trouverez un détail plus parlant en cliquant sur ce lien.

2 – Mise en forme du tableau

Le tableau doit comporté 8 colonnes : [ETAGE ; STR ; TYPE ; DETAIL ; QUANTITE ; LINEAIRE ; SURFACE ; VOLUME]

Etage : Correspond au niveau concerné

Str :      Regroupe les types de structures possibles, chez ImaaGO, nous n’en reconnaissons que 7.

            Fondations, Dallage, Voiles, Poteaux, Poutres, Planchers, Divers (attention à l’orthographe de ces termes, ils doivent également être au pluriel)

Type et détail : Chaine de caractères qui définissent le nom des modes constructifs

Quantité : nombre entier[en U]

Linéaire : décimal [en ml]

Surface : décimal [en m²]

Volume : décimal [en m3]

3 – Transformation du métré opérationnel en fichier csv

La première ligne doit impérativement respecter l’ordre et les caractères suivants :

ETAGE,STR,TYPE,DETAIL,QUANTITE,LINEAIRE,SURFACE,VOLUME

(avec le séparateur de colonnes de votre choix parmi « virgule », « point-virgule », « espace », « tabulation », je préconise l’usage du point-virgule ou de la virgule)

Sur les lignes suivantes doivent apparaitre les données de chaque modes constructifs à importer.

Ici un exemple d’un fichier bien paramètré pour vous inspirer.

Transition vers les autres pages

Une fois le métré opérationnel terminé, vous pourrez démarrer une nouvelle version afin d’étudier la première version de votre chantier.

Dans le cas contraire, vous pourrez toujours quitter la page en cliquant sur la flèche de droite.

Les Versions

Création d'une nouvelle version

Pour créer des nouvelles versions, il existe plusieurs façons de faire :
Si vous êtes
 

Les quantités méthodologiques

Vous arriverez sur une page similaire à celle ci-dessus, elle se décompose en 3 parties :
  1. Les informations relatives aux niveaux
  2. Ajout de nouvelles structure
  3. Gestion de la zone
Ensuite, vous aurez le choix de saisir le métré à la main, niveau par niveau, ou d’importer votre modèle issu d’excel.

La saisie manuelle

1 – Nommez votre niveau et déterminez s’il s’agit d’un niveau d’infrastructure, de superstructure ou bien un niveau transfert.
2 – Commencez à saisir vos données en sélectionnant les types de structure correspondants
3 – Pour créer un nouveau niveau, cliquez sur le bouton avec les pointillés orange « +N »
4 – N’hésitez pas à sauvegarder votre travail régulièrement.

La saisie automatisée

Ou vous pourrez valoriser le travail effectué en amont sur Excel avec un import des données via un fichier CSV.
 

1 – Assurez-vous que votre métré opérationnel est bien constitué.

Pour rappel, le découpage des quantités sont réalisés par niveau et par ouvrages élémentaires (qui utilisent des ressources propres, soit des hommes, soit du matériel). Les quantités sont déterminées en vide pour plein (VDD), et les surfaces de planchers sont comptabilisées hors œuvre (SHO)

Vous trouverez un détail plus parlant en cliquant sur ce lien.

 

2 – Mise en forme du tableau

Le tableau doit comporté 8 colonnes : [ETAGE ; STR ; TYPE ; DETAIL ; QUANTITE ; LINEAIRE ; SURFACE ; VOLUME]

Etage : Correspond au niveau concerné

Str :      Regroupe les types de structures possibles, chez ImaaGO, nous n’en reconnaissons que 7.

            Fondations, Dallage, Voiles, Poteaux, Poutres, Planchers, Divers (attention à l’orthographe de ces termes, ils doivent également être au pluriel)

Type et détail : Chaine de caractères qui définissent le nom des modes constructifs

Quantité : nombre entier[en U]

Linéaire : décimal [en ml]

Surface : décimal [en m²]

Volume : décimal [en m3]

 

3 – Transformation du métré opérationnel en fichier csv

La première ligne doit impérativement respecter l’ordre et les caractères suivants :

ETAGE,STR,TYPE,DETAIL,QUANTITE,LINEAIRE,SURFACE,VOLUME

(avec le séparateur de colonnes de votre choix parmi « virgule », « point-virgule », « espace », « tabulation », je préconise l’usage du point-virgule ou de la virgule)

Sur les lignes suivantes doivent apparaitre les données de chaque modes constructifs à importer.

Ici un exemple d’un fichier bien paramètré pour vous inspirer.

Transition vers les autres pages

Une fois le métré opérationnel terminé, vous pourrez démarrer une nouvelle version afin d’étudier la première version de votre chantier.

Dans le cas contraire, vous pourrez toujours quitter la page en cliquant sur la flèche de droite.